Programme de surveillance des effets cumulatifs dans les Territoires du Nord-­Ouest et plan de surveillance générale du Nunavut

Table des matières

Message de la sous-ministre adjointe

J’ai le plaisir de vous présenter le rapport des points saillants de 2012–2014 du Programme de surveillance des effets cumulatifs dans les Territoires du Nord-Ouest et du plan de surveillance générale du Nunavut d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC).

Ce rapport annuel rend compte des progrès réalisés et de certains des nombreux projets d’envergure mis en œuvre dans le cadre du Programme de surveillance des effets cumulatifs dans les Territoires du Nord-Ouest (PSEC des T.N.­O.) et du plan de surveillance générale du Nunavut (PSGN) des répercussions écosystémiques et socioéconomiques. Les projets présentés démontrent en quoi les résultats obtenus par les deux programmes soutiennent la prise de décisions éclairées en ce qui concerne la gestion des principales ressources naturelles et socioéconomiques du Nord du Canada.

La gestion du PSEC des T.N.­O. a été transférée le 1er avril 2014. En vertu de l’entente définitive sur le transfert de responsabilités signée en 2013, le gouvernement du Canada confie désormais au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) l’administration de ses terres et de ses ressources naturelles. Par conséquent, l’application du PSEC des T.N.­O. relève du gouvernement territorial depuis le 1er avril 2014. Le PSEC des T.N.­O. et le PSGN sont établis par l’entremise de partenariats étroits, et c’est dans cet esprit qu’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC) envisage de collaborer avec le GTNO à la suite de ce transfert en vue de soutenir les activités de surveillance des effets cumulatifs dans les T.N.­O., et ce, dans les limites des capacités et du mandat résiduels d’AADNC.

Par ailleurs, l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut (ARTN) stipule que le gouvernement fédéral assume une responsabilité continue en ce qui concerne la surveillance écosystémique et socioéconomique au Nunavut. L’attention accordée au territoire au cours des dernières années en ce qui a trait au développement de nouveaux projets d’exploitation minière témoigne de la pertinence et de la nécessité continues de mettre en œuvre le PSGN. Les activités d’exploration pétrolière et gazière menées récemment sur la côte de l’île de Baffin et la soumission de nouveaux projets de construction de mines sont la preuve que cette tendance se poursuit. Au cours des dernières années, les produits de la surveillance partagés avec les décideurs ont permis au gouvernement fédéral, aux gouvernements territoriaux, de même qu’aux organisations autochtones et aux autres intervenants de mieux comprendre les différentes composantes de l’écosystème et de l’environnement socioéconomique.

Le PSGN et le PSEC des T.N.­O. sont « conçus dans le Nord pour le Nord » et se concentrent sur l’intégration de la science, des connaissances traditionnelles et des activités de surveillance communautaire, ainsi que sur le renforcement des capacités en vue d’obtenir les meilleurs résultats possible. Les programmes visent notamment à offrir un financement à long terme et stable aux organisations autochtones et du Nord, et ce, afin que ces dernières puissent assurer un suivi des questions d’intérêt particulier et combler les principales lacunes en matière de connaissances. Le PSEC des T.N.­O. a également pour but de soutenir les décideurs en matière de gestion de ressources en facilitant et en menant des activités de surveillance et d’analyse des effets cumulatifs.

Au cours des années de référence de 2012–2013 et de 2013–2014, les responsables du PSEC des T.N.­O. et du PSGN ont coordonné, appuyé ou mis en œuvre plus de 45 initiatives de surveillance et ont octroyé environ 2,5 millions de dollars pour le financement des projets. Les projets de surveillance comprennent des initiatives locales, régionales, nationales et internationales réalisées par diverses organisations, qu’il s’agisse d’organisations autochtones locales, d’établissements universitaires, des gouvernements territoriaux ou du gouvernement fédéral.

Je vous invite donc à prendre connaissance du présent rapport et à en apprendre davantage sur les efforts déployés par notre ministère en vue de s’assurer que l’on gère les ressources en tenant compte des effets cumulatifs de leur exploitation sur les milieux naturels et sur l’environnement socioéconomique.

Veuillez agréer mes sincères salutations.

Paula Isaak
Sous-ministre adjointe intérimaire
Organisation des affaires du Nord
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada

1. Surveillance environnementale dans le Nord

1.1 RESPONSABILITÉS DU CANADA

Le paysage socioéconomique et environnemental du Nord du Canada est en constante évolution et est influencé par divers événements et pressions. La surveillance des terres, de l’eau et de l’air pour voir les changements et la façon dont ils influencent les conditions sociales, environnementales et économiques représente un défi et une activité d’une grande importance. La compréhension des effets combinés des changements environnementaux permet de dresser un « portrait global » des enjeux environnementaux et des possibilités à cet égard.

La surveillance de l’environnement est la responsabilité partagée des gouvernements, de l’industrie et des tiers de l’ensemble du Canada. La surveillance environnementale dans le Nord est à la fois une obligation constitutionnelle et légale du gouvernement du Canada.

Territoires du Nord-Ouest

Dans les T.N.­O., la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie (LGRVM) et les ententes sur les revendications territoriales globales dans le Sahtu et avec les Gwich’in et les Tlichos exigent la surveillance des effets cumulatifs sur l’environnement, en collaboration avec les gouvernements autochtones. Le gouvernement du Canada a confié au GTNO l’administration de ses terres et de ses ressources naturelles et conséquemment, depuis le 1er avril 2014, la surveillance des effets cumulatifs relève du gouvernement territorial. AADNC envisage de collaborer avec le GTNO à la suite de ce transfert de responsabilité en vue de soutenir les activités de surveillance des effets cumulatifs dans les T.N.­O., et ce, dans les limites des capacités et du mandat résiduels d’AADNC.

Nunavut

Au Nunavut, l’ARTN exige que le gouvernement du Canada, le gouvernement du Nunavut et la Commission d’aménagement du Nunavut collaborent en vue d’élaborer et de mettre en œuvre un plan de surveillance de l’état et de la santé actuels et à long terme de l’environnement écosystémique et socioéconomique.

Yukon

AADNC ne supervise pas la surveillance environnementale au Yukon étant donné que l’administration et le contrôle des terres et des ressources ont été transférés au gouvernement du Yukon le 1er avril 2003, en vertu de l’Accord de transfert au Yukon d’attributions relevant du Programme des affaires du Nord.

Afin d’appuyer le mandat et la responsabilité de surveillance environnementale d’AADNC dans les T.N.­O. et au Nunavut, le gouvernement du Canada a annoncé dans son budget de 2010 qu’il accorderait un financement continu à cette fin, et ce, en vertu du Plan d’action visant à améliorer les régimes de réglementation dans le Nord. Ainsi, on a octroyé des subventions de 25,5 millions de dollars au cours d’une période de 5 ans (2010–2015) et un financement continu de 5 millions de dollars par année aux programmes de surveillance dans les deux territoires.

1.2 LE PSEC DES T.N.­O. ET LE PSGN

Le PSEC des T.N.­O. et le PSGN sont des programmes indépendants mais complémentaires.

PSEC des T.N.­O. et le PSGN ont été mis sur pied en vue de répondre aux obligations juridiques en matière de surveillance environnementale et d’améliorer l’efficacité générale et la coordination de la surveillance dans le Nord. Les programmes visent l’objectif commun d’appuyer, de faciliter et de coordonner la collecte, l’analyse, la gestion et la diffusion des renseignements sur l’état et la santé de l’environnement à long terme, en vue d’améliorer le processus décisionnel en matière de gestion des ressources et le développement durable dans chaque territoire.

Le gouvernement du Canada, en collaboration avec ses partenaires territoriaux, s’est engagé dans des activités visant le développement du PSGN peu après l’établissement du Nunavut en 1993. Le PSEC a été mis sur pied quelques années plus tard en 1999. Comme la complexité et la portée de la surveillance et de la coordination se sont accrues au fil du temps, les activités du PSEC et PSGN sont également plus complexes et plus vastes.

Le budget de 2010 prévoyait le financement des deux programmes afin de leur permettre d’évoluer et de répondre à la demande de surveillance croissante par l’entremise de l’établissement de partenariats et du financement des projets de surveillance.

Les programmes sont tous deux « fabriqués dans le Nord » et sont conçus pour répondre aux besoins nordiques. Ils sont supervisés par l’entremise de structures de gouvernance distinctes composées des partenaires autochtones, fédéral et territoriaux.

Le rôle du PSEC et du PSGN consiste à promouvoir et à faciliter les activités de surveillance environnementale et, dans le cas du PSGN, les activités de surveillance écosystémique et socioéconomique en vue de transmettre des renseignements aux collectivités, au gouvernement, à l’industrie et aux organismes de réglementation en temps opportun, dans le but d’améliorer le processus décisionnel.

AADNC assure la coordination des programmes de recherche et de surveillance environnementales en place. Le personnel de gestion des programmes appuie les partenaires organisationnels, échange avec les intervenants, présente l’information sur les programmes et gère les autres structures de partenariats de même que l’affectation des fonds. Le personnel scientifique supplémentaire offre un soutien technique pour aider à mettre en œuvre et à coordonner la surveillance dans les T.N.­O.

Activités du PSEC des T.N.­O.et du PSGN

En vue de réaliser leur mandat et de concrétiser leur vision, le PSEC des T.N.­O. et le PSGN s’investiront activement dans quatre principaux secteurs d’activité, tout en faisant la promotion d’une approche communautaire.

Faciliter la gouvernance et les partenariats

On a conçu le PSEC des T.N.­O. et le PSGN de sorte qu’ils s’appuient sur des relations de partenariats pour harmoniser, coordonner et intégrer les objectifs et activités en matière de surveillance environnementale (PSEC) et de surveillance écosystémique et socioéconomique (PSGN). Ces activités permettront d’établir des questions et priorités normalisées en vue de la surveillance dans chacun des domaines des composantes valorisées.

Recueillir, analyser et mettre en rapport les données

Les PSEC des T.N.­O. et le PSGN visent à établir une base de référence et à adopter et examiner des protocoles de surveillance et d’analyse pour les composantes valorisées prioritaires. Ils recueillent également des renseignements de diverses organisations, ou en facilitent la cueillette, et lorsqu’il y a des lacunes, ils fournissent des services de coordination et les fonds nécessaires pour la collecte et l’analyse des données.

Créer et tenir à jour un système de gestion de l’information

Les programmes s’appuient sur le développement et la mise en œuvre d’un système de gestion de l’information en ligne dont l’objectif est de rassembler les données de surveillance provenant de diverses sources, à des fins d’accessibilité et d’analyse.

Rapports et communications

Les programmes permettent l’élaboration et la diffusion de documents de communication et de rapports, dont le Rapport sur l’état de l’environnement, que l’on publie sur une base quinquennale, et le bilan des connaissances annuel (PSGN seulement).

Approche axée sur la collectivité

Tous les éléments du PSEC des T.N.­O. et du PSGN, notamment la conception et l’exécution de la surveillance, l’analyse des résultats de même que l’interprétation et le partage du « portrait global » de l’environnement dans le Nord sont éclairés par les collectivités touchées par les changements influençant la terre, l’air et l’eau. L’approche communautaire rassemble les résidents du Nord, les conseils de cogestion, le gouvernement, l’industrie, les organisations non gouvernementales et les scientifiques qui travaillent ensemble pour recueillir, analyser et transmettre les connaissances traditionnelles et les renseignements de surveillance scientifiques sur des sujets hautement prioritaires pour la collectivité.

La surveillance communautaire aide à améliorer notre compréhension collective des changements environnementaux et à accroître la capacité des collectivités à cerner et prévoir ces changements, et à s’y adapter. De plus, les collectivités tirent profit de la formation de certains de leurs membres sur la gestion et l’exécution des activités de surveillance. La section du document portant sur les réalisations du PSEC des T.N.­O. et du PSGN présente des exemples de surveillance communautaire réalisée dans les T.N.­O. et au Nunavut.

Aperçu du financement du projet

Au cours de l’année de référence 2012–2013, le PSEC des T.N.­O. a financé 31 projets au total et a affecté environ 1,7 million de dollars, alors que le PSGN a financé 15 projets, auxquels il a alloué des subventions de près de 1,65 million de dollars. En 2013–2014, le PSEC des T.N.­O. a financé le même nombre de projets, auxquels il a alloué des subventions de près de 1,8 million de dollars et le PSGN a financé 20 projets, auxquels il a alloué près de 1,365 million de dollars.

Bon nombre des initiatives financées par les deux programmes sont des projets de surveillance continue de longue durée, lesquels visent à accroître les connaissances à l’égard de questions d’intérêt touchant particulièrement les T.N.­O. et le Nunavut.

  PSEC des T.N.­O. PSGN
2010–11 2011–12 2012–13 2013–14 2010–11 2011–12 2012–13 2013–14
Nombre total de projets financés 20 44 31 31 4 19 15 20
Total des fonds alloués 525,000 $ 1,3 M$ 1,7 M$ 1,8 M$ 200,000 $ 1,165 M$ 1,165 M$ 1,365 M$

L’annexe 1 (Liste des projets financés par le PSEC des T.N.­O. et le PSGN) incluse à la fin du présent rapport contient une liste complète des projets de surveillance que financent le PSEC des T.N.­O. et le PSGN depuis 2010.

2. Réalisations du PSEC des T.N.­O. et du PSGN

2.1 PROJETS RELEVANT DU PSEC DES T.N.­O.

2.1.1 Orienter la planification de la route reliant Inuvik à Tuktoyaktuk dans les Territoires du Nord-Ouest, ainsi que l’élaboration de mesures d’atténuation des risques

Carte de Google EarthMC du projet d’aménagement routier proposé
pour la route reliant Inuvik à Tuktoyaktuk

Le projet d’aménagement routier entre Inuvik et Tuktoyaktuk prévoit la construction d’une route en gravier de 140 kilomètres qui demeurera ouverte à l’année. Actuellement, Tuktoyatuk n’est accessible que par la route de glace, par barge ou par voie aérienne. La construction de la route commande un examen approfondi des conditions environnementales. Afin d’orienter la planification de la route et l’élaboration de mesures d’atténuation des risques, le PSEC des T.N.­O. a fourni des données et des analyses d’indicateurs environnementaux au ministère des Transports du GTNO et à ses partenaires.

Objectifs du projet :

  • Échanger des données et des analyses de référence sur les dangers liés au terrain dans la région désignée des Inuvialuit en vue de soutenir de façon adéquate la conception routière et la prise de décisions en matière d’atténuation des risques;
  • Fournir de l’information qui facilite la planification et la gestion efficaces d’un projet d’importance nationale dans les T.N.­O.
Un projet longuement attendu par les résidents du Nord

Depuis les années 1960, la construction d’une route ouverte à l’année entre Inuvik et Tuktoyaktuk constitue une priorité majeure pour les résidents de la région désignée des Inuvialuit. Au cours des années 1990 et au début des années 2000, plusieurs ministères ont mené des travaux d’arpentage, des études techniques, ainsi que des recherches écosystémiques et socioéconomiques en vue d’évaluer les coûts et les avantages associés à différents itinéraires et aménagements routiers. Le projet a été relancé en 2009 alors que l’Agence canadienne de développement économique du Nord confirmait qu’elle financerait la première phase du processus réglementaire du projet de construction de la route.

Carte du projet d’aménagement routier proposé.
Source : GTNO – ministère des Transports

En vertu de la Convention définitive des Inuvialuit et de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale, le projet a fait l’objet d’une étude d’impact environnemental approfondie au cours des cinq dernières années. Le Conseil d’examen des répercussions environnementales de la région désignée des Inuvialuit a officiellement approuvé le projet de construction de la route en janvier 2013. Ainsi, une cérémonie d’inauguration s’est tenue le 8 janvier 2014 en vue de souligner le début des travaux de construction de la route entre Inuvik et Tuktoyaktuk.

Une route qui protège le pergélisol

La construction d’une route ouverte à l’année qui traversera des zones de pergélisol et de tourbière commande la prise en compte de nombreux facteurs environnementaux d’ordre technique, dont les passages de cours d’eau et la protection du pergélisol, et ce, à des fins de prévention de l’affaissement du sol sous la route. Il faut donc mettre en place des méthodes de construction spéciales et des mesures d’atténuation des risques en vue de protéger le pergélisol qui est nécessaire à la stabilité de la route pendant toute l’année.

Compte tenu des conditions environnementales uniques et variables de la région désignée des Inuvialuit, les concepteurs de projet et les décideurs doivent obtenir des données et des analyses qui sont fiables et propres à la région en vue de prendre les meilleures décisions possible à l’égard de la planification, de la réalisation et de la gestion de l’aménagement routier.

Route reliant Inuvik et Tuktoyaktuk.
Source : J. Kanigan

Données sur le Nord à l’appui de la planification de la route et de l’élaboration de mesures d’atténuation des risques

Depuis 2004, le PSEC des T.N.­O. recueille des données de référence à long terme sur la zone visée par le projet. Les données climatiques, y compris celles se rapportant à la température de l’air, sont recueillies par l’entremise d’un réseau reliant cinq stations météorologiques. On mesure la température du sol de différents sites au moyen de thermistances et d’enregistreurs de données et évalue l’état du pergélisol dans l’ensemble de la région à l’aide de lances à eau et de carottières. Par ailleurs, on mène des opérations de carottage, de télédétection, d’analyse stratigraphique, de cueillette d’échantillons et d’analyse de laboratoire afin de surveiller les veines de glace, les glissements dus au dégel et les propriétés du sol. Les activités de surveillance sont effectuées par une équipe de spécialistes provenant de différentes organisations, dont AADNC et le département des études géographiques et environnementales de l’Université Carleton.

En 2012 et 2013, le PSEC des T.N.­O. a fourni au ministère des Transports des T.N.­O. et à ses experts-conseils de nombreux rapports et ensembles de données sur les dangers liés au terrain afin que ces derniers puissent élaborer des plans détaillés d’aménagement routier et d’atténuation des risques. Les ensembles de données contenaient de l’information sur les températures de l’air et du sol, en ce qui concerne notamment les passages de cours d’eau, la distribution des veines de glace et l’emplacement des glissements dus au dégel. Ces ensembles de données et les analyses connexes contribueront directement à la qualité des plans d’aménagement routier et d’atténuation des risques que le ministère des Transports soumettra à des fins de révision à l’Office des eaux des Territoires du Nord-Ouest et à AADNC.

Construction de l’autoroute reliant Inuvik et Tuktoyaktuk.
Source : GTNO – ministère des Transports

Le PSEC des T.N.­O. continue de recueillir des données partout dans la région afin de faciliter la prise de décisions à l’échelle régionale. Le public peut obtenir cette information en écrivant au PSEC des T.N.­O. à  nwtcimp@gov.nt.ca.

Lieu : Région désignée des Inuvialuit, T.N.­O.
Renseignements sur le projet : De 2010 à 2013
Contribution du PSEC des T.N.­O. : 300 000 $ (2010–2013)
Les fonds obtenus par effet de levier s’élevaient à environ 600 000 $
Composantes valorisées : Climat, neige, glace au sol et pergélisol
Choix des indicateurs : Variations des températures de l’air et du sol dans la région, emplacement des veines de glace et des glissements dus au dégel, et pergélisol
Partenaires : Département des études géographiques et environnementales de l’Université Carleton (partenaire de premier plan) et département des études environnementales de l’Université de Victoria
Utilisateurs cibles : Ministère des Transports du GTNO et ses experts-conseils, Office des eaux des Territoires du Nord-Ouest et AADNC – délivrance du permis d’utilisation des terres
Coordonnées : Julian Kanigan
Chef de section, Programme de surveillance des effets cumulatifs
Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest
Division de l’environnement et des ressources naturelles
C.P. 1320
Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest) X1A 2L9
 julian_kanigan@gov.nt.ca
 867-765-6750

2.1.2 Système d’inventaire des changements dans le paysage des Territoires du Nord-Ouest

Système d’inventaire des changements dans le paysage des T.N.­O.

L’un des principaux objectifs du PSEC des T.N.­O. est de fournir de l’information fiable aux intervenants qui en ont besoin afin de faciliter la prise de décisions éclairées en matière de gestion des ressources naturelles dans les T.N.­O. Le PSEC des T.N.­O. collabore avec des partenaires et d’autres intervenants en vue de mettre sur pied le premier système d’inventaire de changements dans le paysage de l’ensemble des T.N.­O., lequel contiendra de l’information sur l’emplacement et l’envergure des activités humaines et des perturbations écologiques qui ont marqué le territoire dans le passé. Ce système d’inventaire servira également de guichet d’accès central à l’information sur les perturbations écologiques survenues dans les T.N.­O.

Objectifs du projet :

  • Mettre sur pied un système d’inventaire efficace qui permet de répertorier les perturbations écologiques et les activités humaines de l’ensemble des T.N.­O.;
  • Amener les décideurs à prendre connaissance des données actuelles sur le paysage régional et à se familiariser avec leur contenu;
  • Collaborer avec les intervenants en vue de mettre au point un système d’inventaire qui est mieux adapté aux besoins actuels et émergents en matière d’évaluation des effets cumulatifs dans la région.
Nécessité d’obtenir des données fiables et normalisées sur le paysage

Les organismes de réglementation, l’industrie, les collectivités ainsi que d’autres intervenants doivent obtenir de l’information sur les activités humaines et les perturbations naturelles qui ont marqué le territoire dans le passé afin de prendre différents types de décision en matière de développement et de planification. La collecte d’information sur le paysage revêt une importance cruciale dans le cadre de la surveillance des effets cumulatifs, laquelle représente une obligation constitutionnelle des ententes sur la revendication territoriale globale du Sahtu, des Gwich’in et des Tlicho et une exigence de la partie 6 de la LGRVM. À titre d’exemple, aux fins d’une évaluation environnementale, les décideurs doivent obtenir des données précises et détaillées sur les changements d’origine naturelle et humaine qui sont survenus dans la zone visée afin d’évaluer les effets cumulatifs potentiels des nouveaux projets. De même, les gestionnaires de la faune doivent employer des méthodes efficaces et reproductibles afin d’assurer un suivi sur les perturbations d’origine naturelle et humaine et d’établir des plans adéquats de gestion de l’aire de répartition des espèces sauvages.

Données de la base de données sur le développement humain dans les régions de North Slave
et de South Slave que l’on a manipulées et affichées au moyen d’un système d’information géographique (SIG).

Lien avec la prise de décisions à l’échelle régionale

La cartographie des perturbations d’origine naturelle et humaine ne constitue pas une nouvelle initiative. Plusieurs organismes ont cartographié ou cartographient actuellement les perturbations d’origine naturelle et humaine survenues dans les T.N.­O. La réalisation de projets est susceptible de reposer sur le catalogage et le regroupement des ensembles actuels de données et c’est pourquoi ces activités s’inscrivent parmi les premières étapes essentielles de la mise au point d’un système d’inventaire territorial des perturbations dans le paysage. Par ailleurs, l’une des premières étapes du développement de ce système indépendant consistera à publier ces ensembles de données sur le Northwest Territories Discovery Portal.

Le PSEC des T.N.­O., en collaboration avec Golder Associates, a mis sur pied une base de données sur les activités de développement humain dans les T.N.­O., y compris dans la région désignée des Inuvialuit, la région visée par le règlement de la revendication des Gwich’in, la région visée par le règlement du Sahtu, ainsi que dans les régions de North Slave et de South Slave. Cette information est accessible au public sur le Northwest Territories Discovery Portal et a été utilisée dans le cadre de plusieurs processus réglementaires, dont le processus d’aménagement du DehCho (en cours), l’examen des répercussions environnementales du projet de Gahcho Kué (2013), l’évaluation environnementale menée à Snap Lake (2006), l’évaluation environnementale du projet d’agrandissement de la centrale hydroélectrique de Taltson (2008) et l’évaluation environnementale du projet NICO (2013) de Fortune Minerals Ltd.

Élaboration d’un inventaire exhaustif en vue de combler les lacunes en matière d’information

Actuellement, les T.N.­O. ne disposent pas d’un inventaire exhaustif de données sur les changements survenant dans le paysage régional, ce qui a une incidence sur les activités des décideurs appelés à évaluer les effets cumulatifs et à prendre des décisions quant à l’utilisation des terres et le développement de vastes territoires. Les évaluations des effets cumulatifs et la planification de l’utilisation des terres reposent largement sur la compilation de données sur les perturbations d’origine naturelle, comme les feux de forêt, les glissements de terrain et les glissements dus au dégel, et de données sur les perturbations d’origine humaine, comme les sites, les carrières et les parcs contaminés. Considérant l’intérêt croissant que suscite l’exploitation des ressources dans le Nord, il s’avère fort pertinent de mettre en place un inventaire centralisé de données sur le paysage en vue de faciliter la prise de décisions éclairées à l’échelle régionale en ce qui concerne l’utilisation et la gestion des terres.

Données de la base de données sur le développement humain de la région désignée des Inuvialuit
affichées dans Google EarthMC.

Un projet de collaboration

En collaboration avec des partenaires et des intervenants, le PSEC des T.N.­O. dirige une initiative visant à élaborer un système d’inventaire des changements dans le paysage des T.N.­O. Le PSEC des T.N.­O. est bien placé pour mener ce projet, puisque le programme vise à faciliter le regroupement, l’échange et l’analyse des données sur les effets cumulatifs dont ont besoin les décideurs locaux et régionaux. À cette fin, le PSEC des T.N.­O. a élaboré en collaboration avec des intervenants un plan stratégique et un plan de travail quinquennaux. On procède actuellement à la mise en œuvre du plan de travail, à l’intégration d’ensembles de données sur les perturbations d’origine naturelle et humaine dans le Northwest Territories Discovery Portal, ainsi qu’à la mise en place de projets pilotes visant à référencer de façon visuelle les données sur les perturbations d’origine humaine et à y annexer des données sur les attributs.

Le lien suivant permet d’accéder au Northwest Territories Discovery Portal (site Web non disponible en français).

Lieu : Ensemble des T.N.­O.
Renseignements sur le projet : En cours (mai 2013 à mars 2019)
Contribution du PSEC des T.N.­O. : environ 75 000 $/année
Fonds obtenus par effet de levier : 200 000 $/année
Composantes valorisées : Eau, végétation, pergélisol, neige et glace au sol, caribous, orignaux, autres animaux sauvages et poissons
Choix des indicateurs : Perturbations d’origine humaine (p. ex. les sites contaminés, les sites miniers exploités, les sites d’exploration minière, les lignes sismiques et les carrières)
Perturbations d’origine naturelle (p. ex. les feux de forêt, les glissements de terrain et les glissements dus au dégel, les inondations et les changements dans la végétation)
Partenaires : Offices des ressources renouvelables
Offices des eaux et des terres
GTNO (Industrie, Tourisme et Investissement)
GTNO (Environnement et Ressources naturelles)
Centre de géomatique du GTNO
Office d’aménagement territorial
Utilisateurs cibles : Organismes de réglementation, industrie, offices des ressources renouvelables, gestionnaires des terres et des ressources et collectivités
Coordonnées : Stephen Hallissey
Scientifique de l’environnement
Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest
Ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles
C.P. 1320
Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest) X1A 2L9
 michael_palmer@gov.nt.ca
 867-765-6755

2.1.3 Comprendre les changements dans les régimes d’écoulement hivernaux des bassins hydrographiques du Nord, ainsi que leur incidence sur le traitement des eaux à la mine Giant

Les changements météorologiques entraînent une augmentation des régimes normaux d’écoulement des ruisseaux, des rivières et d’autres chenaux du nord du Canada pendant l’hiver, y compris des cours d’eau du bouclier de la taïga. Cette tendance a une incidence sur le développement et les projets du Nord – comme le projet d’assainissement de la mine Giant – dans le cadre desquels les changements de conditions hydrologiques régionales influencent le traitement des eaux sur place. Ce projet vise à expliquer les changements dans les régimes d’écoulement hivernaux des cours d’eau du bouclier de la taïga, ainsi qu’à comprendre l’incidence de ces variations sur le travail des gestionnaires des ressources qui doivent prendre des décisions sur la gestion des terres et des eaux.

Carte de Google EarthMC indiquant l’emplacement de la mine Giant

Objectifs du projet :

  • Surveiller les changements dans les régimes d’écoulement pendant l’hiver et les caractéristiques chimiques des eaux du bouclier de la taïga afin de mieux comprendre les conséquences de l’augmentation des débits sur l’ensemble de la région;
  • Cerner les facteurs qui favorisent ces changements et les tendances attendues à l’avenir;
  • Fournir aux gestionnaires de ressources de l’information sur les changements dans les régimes hydriques afin de soutenir les décisions que l’on prendra à l’avenir dans le domaine de la gestion et de la planification du développement et de la restauration.
Changements des conditions hydrologiques dans le bouclier de la taïga

Le bouclier de la taïga est l’une des écozones les plus vastes du Canada. Cette région s’étend sur la majorité de la zone subarctique et couvre environ 29 p. 100 des T.N.­O. Elle comprend des millions de lacs et de milieux humides, lesquels sont le fruit de nombreux cycles glaciaires successifs.

L’augmentation des régimes d’écoulement hivernaux fait l’objet d’un suivi dans l’ensemble de la zone circumpolaire. Les résultats des activités de surveillance démontrent que les ruisseaux de la région de North Slave du bouclier de la taïga reçoivent une quantité de précipitations plus importante qu’auparavant à l’automne, ce qui a pour effet d’augmenter le volume des eaux de ruissellement avant et pendant l’hiver. On compte parmi les conséquences de ces changements l’augmentation des concentrations de composés chimiques dans l’eau, en particulier de métaux et de nutriments, et l’apparition plus fréquente de formations de glace dans les chenaux.

Carte du bassin de recherche du ruisseau Baker de la région de North
Slave du bouclier de la taïga

Incidence sur le traitement des eaux à la mine Giant

La mine Giant est une mine d’or abandonnée située à proximité de Yellowknife. Elle est l’un des sites contaminés les plus vastes du Canada et contient près de 237 000 tonnes de poussière de trioxyde de diarsenic, un sous-produit du traitement du minerai. Pendant la période d’exploitation minière, on ramassait la poussière et en disposait dans des espaces souterrains d’entreposage au site minier. Or, cette poussière est hydrosoluble et nocive pour les humains et l’environnement.

Mine Giant, Yellowknife, T.N.­O. Source : AADNC/Dave Brosha Photography

Le ruisseau Baker s’écoule directement dans le site de la mine Giant. Les changements dans le régime d’écoulement hivernal du ruisseau engendrent des problèmes en matière de traitement des eaux sur place. Le ruisseau peut parfois inonder les chantiers souterrains, ce qui entraîne un rejet de trioxyde de diarsenic dans les eaux de surface. En mai 2011, la formation d’une glace de fond dans le ruisseau Baker a provoqué une diminution du débit et détourné l’eau vers la plaine inondable, causant ainsi un déversement de résidus contaminés en aval de la mine Giant vers le Grand lac des Esclaves. Les conditions de base ayant changé, il faudra modifier les méthodes de traitement des eaux de façon à s’adapter au débit d’eau persistant pendant l’hiver ainsi qu’aux formations de glace.

Les résultats des activités de surveillance donnent à penser que les caractéristiques chimiques de l’eau continueront de changer et, plus particulièrement, que les concentrations de métaux et de nutriments dans le ruisseau Baker augmenteront. Par conséquent, il faudra revoir les règlements applicables aux permis d’utilisation des eaux en ce qui concerne ces paramètres et adapter les systèmes de traitement des eaux.

Importante formation de glace dans la partie du ruisseau Baker qui traverse
le site de la mine Giant, mai 2011, région de North Slave, T.N.­O.
Source de P. Vecsei

Lien avec la prise de décisions à l’échelle régionale

Les résultats des activités de surveillance des régimes d’écoulement et des caractéristiques chimiques du ruisseau Baker ont servi à différentes parties du processus d’évaluation environnementale du projet d’assainissement de la mine Giant (2013) et du projet NICO (2013) de Fortune Minerals Ltd. L’équipe du projet d’assainissement de la mine Giant s’est appuyée sur les résultats des activités de surveillance du projet pour préparer la section de son rapport d’évaluation du promoteur consacrée à l’hydrologie. Ces résultats lui ont également permis de répondre aux demandes d’information de l’Office d’examen des répercussions environnementales de la vallée du Mackenzie sur la formation de glace au long du ruisseau Baker et son incidence sur les ressources hydriques locales et régionales.

L’Office d’examen des répercussions environnementales de la vallée du Mackenzie a également tenu compte de cette étude dans le cadre de son rapport d’évaluation environnementale. Ainsi, il a recommandé que le ruisseau Baker soit détourné du site de la mine Giant afin d’éviter les risques potentiels d’inondation des chantiers miniers souterrains (p. ex. les puits, les tunnels et les espaces souterrains d’entreposage).

Lieu : Ruisseau Baker, nord de la région du Grand lac des Esclaves, T.N.­O.
Renseignements sur le projet : D’avril 2011 à 2015
Contribution du PSEC des T.N.­O. à ce jour : 163 000 $
Fonds obtenus par effet de levier à ce jour : 397 000 $
Composantes valorisées : Eau, pergélisol, neige et climat
Choix des indicateurs : Hydrométrie : précipitations, eaux de ruissellement, régimes d’écoulement, débit de base, saturation du sol et formation de glace
Qualité de l’eau : géochimie, concentrations des solutés, chimie des eaux
Partenaires : AADNC – Division des ressources hydrauliques, Environnement Canada, Commission géologique du Canada, Université Wilfrid Laurier, Université Brock, Alliance des Métis de North Slave
Utilisateurs cibles : Office d’examen des répercussions environnementales de la vallée du Mackenzie, équipe du projet d’assainissement de la mine Giant (composée de représentants d’AADNC, du GTNO et de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada), AADNC, GTNO, Première Nation des Dénés de Yellowknifes, ville de Yellowknife et groupes d’intervenants de l’industrie
Coordonnées : Christopher Spence
Chercheur scientifique
Environnement Canada
11, boul. Innovation
Saskatoon (Saskatchewan) S7N 3H5
 chris.spence@ec.gc.ca
 306-975-6907

2.2 PROJETS DU PSGN

2.2.1 Enquête de surveillance côtière des oiseaux marins dans le détroit d’Hudson et le bassin Fox

Carte des emplacements visés par l’Enquête de surveillance côtière des oiseaux marins dans le
détroit d’Hudson et le bassin Fox et années où les études ont été menées

Les chercheurs collaborent avec les chasseurs inuits et les organisations de trappeurs de la région en vue d’étudier les populations d’oiseaux marins dans le détroit d’Hudson et le bassin Fox – ce corridor maritime étant l’un des plus riches au monde d’un point de vue écologique. La collecte et l’analyse de données soutiendront les activités de surveillance à long terme de la santé des populations d’oiseaux marins, lesquelles ont été mises en œuvre en raison de la diminution des glaces marines estivales et de l’augmentation du nombre de projets de développement du Nord.

Objectifs du projet :

  • Regrouper des données de référence sur les eiders ou d’autres populations d’oiseaux marins ainsi que sur leur distribution dans les régions côtières;
  • Quantifier l’étendue et la gravité de la flambée épidémique du choléra aviaire au sein des populations nordiques d’eiders;
  • Trouver et recueillir des données sur les effets de l’augmentation de l’activité navale dans les principaux habitats de nidification et d’élevage des couvées, comme les inondations dues au sillage des navires et les accidents industriels, dont les déversements d’hydrocarbures et l’échouage de navires;
  • Surveiller l’incidence des activités des ours polaires sur les colonies aviaires et montrer par des données quantifiables la mesure dans laquelle ils se révèlent des prédateurs pour ce qui est des nids d’oiseaux, ainsi que documenter le savoir écologique traditionnel en ce qui concerne l’évolution des relations entre les ours polaires, les phoques et les oiseaux relativement au changement climatique et à la transformation des glaces marines.
Évolution des facteurs de stress écologique

Le détroit d’Hudson et le bassin Fox représentent l’un des corridors maritimes les plus riches au monde d’un point de vue écologique et accueillent une diversité et une abondance exceptionnelles d’espèces terrestres et marines, dont des bélugas, des phoques annelés, des narvals, des ours polaires, des eiders à duvet, des guillemots à miroir et des plongeons catmarins. La région constitue également un passage maritime entre l’océan Atlantique et la baie d’Hudson, la partie ouest de l’île de Baffin et la presqu’île Melville, ces zones étant toutes susceptibles d’être visées par des projets d’exploitation des ressources au cours des prochaines années.

Les projets de développement, de même que les changements découlant du réchauffement climatique, pourraient avoir des effets néfastes sur la faune de la région. L’équipe de projet procède actuellement à une collecte de données de référence fiables sur les espèces aviaires et leurs habitats, et tente de mieux comprendre les interactions entre les différentes composantes de l’écosystème, ainsi que leurs réactions probables aux facteurs de stress écologique potentiels. Ces analyses et ces données seront essentielles à la prise de décisions éclairées en matière de protection de la faune et de l’environnement de la région.

Échantillonnage d’un nid d'eiders à des fins de
dépistage du choléra aviaire. Source : Jeffrey Werner

À titre d’exemple, l’augmentation de l’activité navale est susceptible d’engendrer des vagues qui pourraient inonder les nids d’oiseaux situés près des rives. Afin de mieux comprendre cette menace, l’équipe de projet mène des études visant à estimer le nombre et la proportion de nids qui sont susceptibles d’être inondés. De plus, l’accroissement de l’activité navale vient augmenter les risques d’accidents industriels, comme les déversements d’hydrocarbures et l’échouage de navires. L’équipe de projet procède actuellement à l’identification des habitats de nidification et d’élevage des couvées qui sont menacés – c’est-à-dire des sites de ponte où les canetons seront élevés et qui sont à risque d’être perturbés par les catastrophes ou activités susmentionnées.

Les chercheurs qui travaillent au projet déploient également des efforts en vue de quantifier l’étendue et la gravité de la flambée épidémique du choléra aviaire chez les populations nordiques d’eiders. Le choléra aviaire est l’une des maladies les plus mortelles chez les oiseaux de l’Amérique du Nord. Si cette maladie est déjà présente dans le Sud du Canada et aux États-Unis depuis de nombreuses années, ce n’est que récemment que des cas ont été observés chez les eiders du Nord.

Utilisation des connaissances écologiques traditionnelles des Inuits

L’équipe de projet travaille de pair avec les collectivités locales en vue d’intégrer et de documenter les connaissances écologiques traditionnelles (CET) à titre d’éléments clés des études de surveillance. En plus d’embaucher des équipes de scientifiques occidentaux et de guides inuits, l’équipe de projet effectue des entrevues avec les aînés et les membres de la collectivité qui possèdent une connaissance approfondie des espèces sauvages de la région visée par l’étude. À ce jour, on a recueilli des données de référence sur les habitats aviaires menacés, la vulnérabilité des oiseaux marins vivant dans les milieux perturbés du Nord, et les perspectives d’évolution des relations entre les ours polaires, les phoques et d’autres proies potentielles, comme les eiders.

Les membres des collectivités inuites et les biologistes qui travaillent actuellement dans la région ont observé une présence accrue d’ours polaires dans les sites de colonies d’oiseaux. L’hypothèse retenue à cet égard suppose que la diminution des glaces marines estivales qui résulte de l’augmentation du trafic maritime vient compromettre la capacité des ours polaires à chasser le phoque, ce qui pousse ces derniers à se nourrir plus fréquemment d’oiseaux ou de leurs œufs.

Ours polaires se nourrissant d’œufs d’eiders à duvet. Source : Steve Marson.

Sam Iverson et ses collègues de l’Université Carleton se rendent sur des sites de nidification afin de recueillir des données sur la distribution et l’abondance des populations d’oiseaux marins, et d’étudier la destruction des sites de nidification dont les ours polaires sont responsables.

« En compagnie de guides inuits extrêmement compétents, nous avons visité 140 colonies de nidification et collecté autant de données de base que possible sur l’ensemble des espèces que nous avons observées, explique Iverson. Nous avons croisé 22 ours au total et à l’un des sites visités, des 500 nids qu’il y avait au départ, il n’en restait que 20! »

Communiquer avec les collectivités et solliciter leur participation aux études scientifiques

Les activités de formation et de renforcement des capacités permettent l’échange de précieuses connaissances entre l’équipe de projet et les membres des collectivités locales de Cape Dorset, de Coral Harbour et de Kimmirut. La mise en œuvre du projet repose fortement sur la participation des guides locaux qui sont embauchés pour leur expertise en matière de logistique et de navigation. Parallèlement, ces guides reçoivent de la formation en matière de dénombrement de colonies d’oiseaux et de prélèvement d’échantillons biologiques, ces pratiques étant essentielles à la surveillance continue des changements environnementaux au fil du temps.

Avant d’entamer son étude sur le terrain, l’équipe de projet a visité chacune des collectivités de la région en vue de discuter avec elles de la planification du projet. Les plans et la justification de l’étude, ainsi que les résultats obtenus à ce jour, ont été présentés aux conseils des organisations de chasseurs et de trappeurs de chacune des collectivités participantes. Cette démarche fournit également une occasion d’obtenir les commentaires et les recommandations de ces conseils et d’entreprendre avec eux d’importantes discussions, lesquelles permettent d’acquérir des CET sur la région visée par le projet. Une fois son étude de terrain terminée, l’équipe de projet remettra son rapport aux collectivités en vue de leur présenter les résultats des activités sur le terrain qu’elle a menées dans la région visée par la recherche.

Résultats et orientations futures

L’équipe de projet a présenté certains des résultats et points saillants que son étude lui a permis de mettre en évidence jusqu’à maintenant. Des centaines de dénombrements de colonies de nidification d’eiders ont été effectués dans la région du bassin Fox et du détroit d’Hudson, à l’occasion desquels des échantillons ont été prélevés en vue de confirmer la présence de choléra aviaire chez ces populations. Les données recueillies ont permis de mieux comprendre les tendances associées aux flambées épidémiques et d’étayer l’hypothèse de l’équipe de projet selon laquelle les populations d’eiders de l’Atlantique transmettent la maladie aux eiders qui passent l’hiver au Canada.

Les chercheurs ont également recueilli des preuves scientifiques à l’appui des observations des Inuits locaux en ce qui concerne la prédation accrue des colonies d’oiseaux marins par les ours polaires. L’équipe de projet a noté que les incursions des ours dans les colonies d’oiseaux marins avaient plus que septuplé dans deux des sites de recherche à long terme, soit ceux de l’île de la baie Est et de l’Île Coats. L’équipe a également conclu qu’il existait un lien étroit entre la présence d’ours dans ces colonies et l’état des glaces, en ce sens qu’un nombre plus élevé d’ours est observé dans les colonies d’oiseaux marins lors des années où la saison des glaces est écourtée.

À l’avenir, cette étude visera à mieux comprendre l’effet combiné des facteurs de stress attribuables à la maladie et à la prédation accrue des eiders, ainsi qu’à cartographier les zones côtières sensibles à l’aide des données recueillies sur le terrain.

Lieu : Détroit d’Hudson et bassin Fox, Nunavut
Renseignements sur le projet : Novembre 2011 – mars 2014
Coût total du projet : 510 000 $ (2011–2014)
Contribution du PSGN à ce jour : 95 500 $ (2011–2014)
Composantes valorisées : Espèces : espèces chassées, oiseaux nicheurs, sauvagine Sauvagine (canards marins)
Ours polaires.
Phoques annelés et barbus
Sécurité alimentaire Éducation et formation
Choix des indicateurs : Étendue géographique et gravité de la prédation des nids d’oiseaux par les ours polaires
Étendue géographique et gravité de la flambée épidémique du choléra aviaire dans le détroit d’Hudson
Capacité des oiseaux marins de se reproduire dans les sites de recherche à long terme
Taille des colonies d’oiseaux marins des sites de recherche à long terme
Utilisation de l’habitat marin du détroit d’Hudson par les oiseaux marins
Partners: Cape Dorset Hunters and Trappers Organization,
Coral Harbour Hunters and Trappers Organizations,
Kimmirut Hunters and Trappers Organizations
Coordonnées : Mark R. Forbes
Professeur, Biologie
Université Carleton
1125, promenade Colonel By
Ottawa (Ontario) K1S 5B7
 mark_forbes@carleton.ca
 613-520-3570

2.2.2 Projet d’intégration des données de référence sur l’utilisation et l’occupation des terres des Inuits du Kitikmeot

L’initiative « Inuit Land Use and Occupancy Project » (ILUOP) [projet sur l’utilisation et l’occupation des terres par les Inuits] menée au début des années 1970 visait à rassembler une quantité importante de données sur les Inuits Qaujimajatuqangit ou les connaissances traditionnelles des Inuits (IQ/CT) – c’est-à-dire de recueillir auprès des aînées et des chasseurs de l’information sur l’utilisation des terres par les Inuits, les cycles d’occupation, les voies de déplacement et les principales zones de récolte de la faune. Ces données irremplaçables et de grande valeur sont actuellement consignées dans un document papier aux Archives nationales du Canada. Afin que l’on puisse utiliser cette information à des fins d’éducation et de prise de décisions, l’équipe de projet a procédé à son géoréférencement et à sa numérisation et l’a intégrée à la base de données du SIG sur les connaissances traditionnelles de l’Association inuite de Kitikmeot.

Objectifs du projet :

  • Évaluer la quantité, la qualité et l’état des données sur les Inuits Qaujimajatuqangit ou les connaissances traditionnelles des Inuits que l’on a recueillies dans la région de Kitikmeot au début des années 1970 dans le cadre de l’ILUOP;
  • Géoréférencer et numériser les données obtenues dans le cadre de l’ILUOP et les intégrer à la base de données du SIG de l’Association inuite de Kitikmeot;
  • Communiquer de l’information sur les connaissances traditionnelles à partir de cette nouvelle base de données intégrée afin de donner des renseignements sur les options et les choix en matière d’utilisation des terres de la région de Kitikmeot.
Une importante source de données de référence

Entre 1972 et 1975, les Inuits de l’ancienne région des T.N.­O. ont mené à bien l’ILUOP, un projet de cartographie communautaire mis sur pied à l’échelle du territoire en guise de préparation aux premières étapes du processus de revendication territoriale. On a mené des entrevues ethnocartographiques réalisées auprès des aînés et des chasseurs de toutes les collectivités et de tous les camps satellites de la région afin d’élaborer ce recueil de données sur l’utilisation des terres et les connaissances des Inuits.

« Ils plaçaient du papier vélin sur des cartes topographiques et, chaque fois qu’ils visitaient une collectivité, ils demandaient aux chasseurs d’y tracer leurs itinéraires et d’indiquer les espèces qu’ils chassaient », explique Luigi Torretti, agent principal de l’environnement de l’Association inuite de Kitikmeot.

Selon l’âge des chasseurs interviewés, l’information de la base de données qui porte sur l’utilisation et l’occupation des terres se rapporte à une période allant des années 1920 et 1930 au milieu des années 1970. Il s’agit donc sans doute du recueil de données sur l’utilisation des terres et les connaissances traditionnelles des sociétés de chasseurs le plus exhaustif et le plus détaillé qui existe actuellement.

Photo d’une carte de chasseur originale (gauche), carte topographique de la même région sur
laquelle les données recueillies et numérisées ont été ajoutées (droite).

Aux fins des études scientifiques et des activités de surveillance, ce recueil représente également une source irremplaçable de données de référence. L’ILUOP a permis de recueillir de l’information à une période où les Inuits de Kitikmeot vivaient dans des établissements permanents depuis quelques années seulement et où l’on menait très peu d’activités industrielles et de projets de développement sur le territoire. De ce fait, les données contiennent de l’information de référence incomparable qui permet de détecter, de quantifier et de surveiller les changements dans les pratiques culturelles des Inuits et l’état de la faune dans la région de Kitikmeot.

Analyse de l’évolution de la région de Kitikmeot

L’Association inuite de Kitikmeot dispose actuellement d’une base de données sur les connaissances traditionnelles qui date de 1996 et que l’on appelle le projet des connaissances traditionnelles de Naonaiyaotit. L’équipe de projet a intégré les données de l’ILUOP à la base de données actuelle de l’Association inuite de Kitikmeot, laquelle constitue maintenant un système unique et efficace qui vient accroître l’accessibilité et l’utilité, ainsi que la valeur analytique et comparative des connaissances traditionnelles.

L’information intégrée a également pour effet d’élargir la portée géographique de la base de données actuelle, laquelle se concentrait précédemment beaucoup plus sur la partie ouest de la région de Kitikmeot. Cette portée élargie et ces connaissances à jour faciliteront grandement l’analyse de l’évolution du territoire. Les responsables du PSGN travaillent actuellement à l’élaboration d’un cadre qui permettra de dresser un portait du Nunavut et qui servira de référence à des fins de comparaisons au fil du temps.

Soutien à l’éducation, à la participation et à la prise de décisions

L’équipe de projet estime que la numérisation des données l’ILUOP soutiendra l’effort d’éducation dans les collectivités de Kitikmeot et favorisera la participation des Inuits aux processus décisionnels qui contribueront à façonner l’avenir de la région.

La quantification et la présentation des données sur les IQ/CT, de façon à les rendre utilisables dans le cadre de processus de planification et de prise de décisions, sont susceptibles d’influencer l’industrie, les groupes de conservation, les gouvernements et les organismes de cogestion. À titre d’exemple, l’Association inuite de Kitikmeot pourra utiliser la base de données aux fins de son mandat, lequel lui commande de tenir compte de l’utilisation traditionnelle des terres lorsqu’elle octroie des permis de location et d’utilisation des terres appartenant aux Inuits. De plus, cette base de données permettra aux Inuits de Kitikmeot de participer efficacement aux processus fonctionnels de gestion des ressources intégrés que prévoit l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut.

L’équipe de projet collabore avec les écoles locales et la Société du patrimoine du Kitikmeot en vue de promouvoir la base de données combinée du projet des connaissances traditionnelles de Naonaiyaotit et de l’ILUOP à titre d’outil éducatif efficace qui permet de démontrer la vitalité de la culture inuite et de raconter l’histoire des Inuits de Kitikmeot. Dans le cadre de ses activités, l’équipe de projet a converti ces données en des formats facilement accessibles, dont des cartes qui permettent aux établissements d’enseignement de créer du matériel pédagogique adapté sur le plan culturel qui sera présenté lors des cours d’histoire, de science, de géographie et de culture, et de sciences humaines.

L’information recueillie dans le cadre de l’ILUOP représente un élément fondamental du patrimoine inuit et une source irremplaçable de connaissance et de sagesse. De plus, elle constitue un outil qui soutiendra et facilitera la prise de décisions éclairées et durables dans la région de Kitikmeot.

Lieu : Région de Kitikmeot (Nunavut)
Renseignements sur le projet : Novembre 2011 – mars 2014
Contribution du PSGN à ce jour : 146 209 $ (2011–2014)
Composantes valorisées : Espèces terrestres et marines chassées
Zones d’aménagement traditionnel
Choix des indicateurs : Indicateurs fondés sur les IQ/CT
Partenaires : Commission du Nunavut chargée de l’examen des répercussions
Commission d’aménagement du Nunavut
Société du patrimoine du Kitikmeot
Établissements d’enseignement locaux
Compagnies d’exploration minérale et d’exploitation minière
Coordonnées : Luigi Torretti
Agent principal de l’environnement, département des terres et de l’environnement
Association inuite de Kitikmeot
Kugluktuk (Nunavut) X0B 0E0
 ltorretti@qiniq.com
 867-982-3310

2.2.3 Surveillance de la réussite scolaire et professionnelle chez les Inuits du Nunavut qui se sont inscrits à un programme d’études postsecondaires

Collège de l’Arctique du Nunavut, campus du Nunavut. Source : PSGN et AADNC

La surveillance des résultats scolaires constitue une priorité de la surveillance générale menée au sein du Nunavut. Ce projet vise à combler les lacunes considérables en matière de connaissances au Nunavut en recueillant des données sur la relation entre la réussite scolaire et la réussite professionnelle. La collecte de ces données est essentielle à la prise de décisions pertinentes et éclairées à l’égard des programmes d’éducation.

Objectifs du projet :

  • Recueillir des données sur la réussite des études postsecondaires des étudiants inuits vivant au sein et à l’extérieur du territoire;
  • Recueillir des données sur la réussite professionnelle des Inuits titulaires d’un diplôme d’études postsecondaires, selon qu’ils ont obtenu ou non leur diplôme;
  • Recueillir des données sur les programmes d’aide financière et comparer leur efficacité sur le plan de la réussite des études postsecondaires et de l’obtention d’un diplôme.
Combler les lacunes en matière de connaissances

On ne connait pas bien au Nunavut l’ampleur de la réussite des personnes possédant un diplôme d’études postsecondaires. Il arrive souvent que les données considérées comme essentielles à la prise de décisions éclairées sur les programmes d’éducation soient inexistantes ou ne permettent pas de répondre aux besoins en ce sens. On compte parmi ces données essentielles les statistiques de base sur les taux d’obtention de diplômes, le degré d’efficacité des programmes de financement offerts aux étudiants et la relation entre la scolarité et l’employabilité.

L’une des principales raisons sous-tendant ces lacunes s’explique par l’accès restreint aux programmes d’études postsecondaires dans le Nunavut. Abstraction faite du nombre limité de programmes offerts au Collège de l’Arctique du Nunavut, on ne compte aucune université au Nunavut ou ailleurs dans l’Arctique canadien. Cette situation pousse de nombreux étudiants à se déplacer vers le Sud du Canada pour poursuivre leurs études. Lorsqu’il étudiait les tendances en matière d’éducation chez les étudiants inuits, le professeur Thierry Rodon de l’Université Laval s’est rendu compte qu’aucun suivi n’était assuré à l’égard de la réussite de ces étudiants.

« Puisque beaucoup font leurs études à l’extérieur de la région, nous n’avons aucune perspective générale de l’éducation postsecondaire au Nunavut, et nous n’avons aucune idée de la façon dont ces étudiants réussissent lorsqu’ils reviennent à la maison », explique-t-il.

Depuis 2012, M. Rodon et son équipe ont entrepris un projet de recherche qui vise à pallier ces lacunes et à recueillir des données sur la réussite des Inuits ayant fréquenté des établissements d’enseignement postsecondaire. L’équipe du projet espère que ces données serviront à influencer de façon positive les décisions concernant les programmes d’éducation et qu’elles favoriseront la réussite scolaire et professionnelle des Inuits ayant fréquenté des établissements d’enseignement postsecondaire au sein et à l’extérieur du territoire. Ce projet vise donc à recueillir des données sur le taux de réussite des études postsecondaires des étudiants inuits, sur la réussite professionnelle des étudiants inuits possédant un diplôme d’éducation postsecondaire et sur l’efficacité des programmes d’aide financière offerts aux étudiants.

L’amélioration des données en matière d’éducation postsecondaire contribuera à la prise de décisions plus éclairées, ainsi qu’au renforcement des capacités du Nunavut puisqu’elle permettra aux décideurs de mieux comprendre et de quantifier l’incidence de l’éducation postsecondaire chez les Inuits.

Évolution de notre conception de la réussite

Les membres de l’équipe de projet insistent sur l’importance d’élargir notre conception de la réussite scolaire, plutôt que de la définir simplement en fonction des taux d’obtention de diplôme et d’emploi. « Si le taux d’emploi demeure un point de référence, comme toujours, nous essaierons de nous appuyer sur une définition de la réussite qui ne se limite pas à l’obtention d’un emploi, mais qui prend aussi en compte les éléments inhérents à la satisfaction personnelle », explique le professeur Rodon.

Pour de nombreux Nunavummiuts, la réussite n’est pas forcément liée à l’obtention d’un diplôme. Bon nombre d’étudiants inuits qui ont suivi un programme d’études postsecondaires sans obtenir de diplôme ont néanmoins réussi sur les plans professionnel et personnel. Les étudiants qui se sont inscrits à un programme d’études postsecondaires, sans nécessairement obtenir de diplôme, peuvent connaître une réussite professionnelle. Si la recherche tend à mettre l’accent sur la réussite scolaire, les études menées au cours des dernières années se sont appuyées sur une définition plus large de la réussite et ont démontré que les étudiants qui n’avaient pas obtenu de diplôme ou de titre officiel connaissaient malgré tout une réussite exceptionnelle sur les plans professionnel et personnel.

Communication des résultats

En 2012–2013, les responsables du projet ont fait appel aux services de coordonnateurs d’enquête, lesquels ont travaillé de pair avec des chercheurs inuits locaux de 10 différentes collectivités du Nunavut. Ils ont donc mené une enquête auprès de 375 Inuits du Nunavut ayant fréquenté un établissement d’enseignement postsecondaire en vue d’examiner les possibilités et les difficultés des résidents du Nord. En février 2014, l’équipe de recherche a présenté les résultats de son analyse préliminaire aux intervenants d’Iqaluit au Nunavut. L’objectif de cette rencontre était d’échanger avec les décideurs de l’information actuelle et valide afin de soutenir l’élaboration de programmes. Ainsi, les facteurs pris en considération sont notamment l’amélioration des solutions de formation en langue anglaise et des cours d’inuktitut actuellement offerts au Nunavut.

Lieu : Régions de Qikiqtani, de Kivalliq et de Kitikmeot, Nunavut; Ottawa, Ontario
Renseignements sur le projet : Février 2011 – mars 2014
Contribution du PSGN à ce jour : 163 249 $ (2011–2014)
Composantes valorisées : Éducation et formation
Emploi
Activité économique
Choix des indicateurs : Éducation et formation : taux d’obtention de diplôme, programme de formation et nombre d’années à suivre un programme d’études postsecondaires
Emploi : satisfaction professionnelle et lien entre la formation et l’emploi
Activité économique : source de l’aide financière et son caractère approprié par rapport aux besoins des étudiants
Partenaires : Collège de l’Arctique du Nunavut
Institut de recherche du Nunavut
Nunavut Tunngavik Incorporated
Coalition des administrations scolaires de district du Nunavut
Gouvernement du Nunavut – ministère de l’Éducation
Inuit Tapiriit Kanatami – Centre Amaujaq pour l’éducation inuite
Coordonnées : Professeur Thierry Rodon
Chaire sur le développement durable du Nord
Département des sciences politiques, Université Laval
1030, avenue des Sciences-Humaines
Québec (Québec) G1V 0A6
 thierry.rodon@pol.ulaval.ca
 418-656-2131 poste 5244

3. Priorités en matière de programmes pour l’année à venir

Le PSEC des T.N.­O. et le PSGN ont réalisé des progrès considérables en matière de surveillance au cours des dernières années. Afin de continuer à tirer profit de ces réussites, on a établi pour chacun des programmes plusieurs objectifs prioritaires pour l’année à venir.

3.1 PSEC DES T.N.­O.

Comme l’administration du PSEC des T.N.­O. relève désormais du GTNO, le programme continuera d’encourager et de soutenir la participation active des partenaires au groupe de travail du PSEC des T.N.­O., y compris les organisations autochtones, le gouvernement, les conseils de cogestion et l’industrie. Par l’entremise d’un processus de participation mené récemment, un panel autochtone du groupe de travail a défini d’autres priorités pour le PSEC des T.N.­O., dont l’allocation de financement visant à soutenir la participation autochtone à la gouvernance du programme et l’intégration accrue des connaissances traditionnelles aux programmes. En 2014, le PSEC des T.N.­O. concentrera ses efforts à la redéfinition de ses objectifs de programme par l’entremise d’un processus collaboratif de planification qui vise à mettre en place un nouveau plan stratégique pour 2015.

Le PSEC des T.N.­O. continuera de travailler de pair avec ses partenaires responsables de la surveillance dans les T.N.­O. et évaluera les besoins des décideurs afin de mieux définir ses priorités en matière de surveillance et de cerner les lacunes en matière d’information. L’an prochain, le PSEC des T.N.­O. envisage de collaborer avec les offices des ressources renouvelables afin de revoir les priorités actuelles en matière de surveillance de la faune, ainsi que de participer au Forum des organismes des T.N.­O. dans le but d’actualiser ses priorités en matière de recherche et de surveillance.

Afin d’améliorer la collecte d’information et les processus de partage au sein du territoire, le PSEC des T.N.­O. soutient actuellement l’élaboration et la mise à l’essai d’un protocole uniformisé de surveillance des poissons dans les cours d’eau du Nord. Le PSEC des T.N.­O. continuera de promouvoir l’utilisation de protocoles normalisés auprès des organismes de réglementation. À titre d’exemple, le PSEC des T.N.­O. travaille de concert avec les offices des eaux et des terres afin de mettre en place un protocole normalisé de gestion des données spatiales.

L’un des objectifs à plus long terme du PSEC des T.N.­O. consiste à faciliter l’accès aux données et aux principaux ensembles de données sur les perturbations écologiques. En guise de soutien à la réalisation de cet objectif, le PSEC des T.N.­O. continuera d’intégrer au Northwest Territories Discovery Portal les résultats des projets de recherche et de surveillance qu’il finance et permettra le téléchargement des ensembles actuels de données sur les perturbations écologiques.

On organisera un atelier régional en vue de présenter les résultats des projets de recherche et de surveillance financés par le PSEC des T.N.­O. et de mieux comprendre les préoccupations et les points de vue des collectivités locales à cet égard.

Le PSEC des T.N.­O. continuera de financer des projets en fonction des priorités établies et de miser principalement sur les projets qui répondent directement aux besoins en matière d’information relativement aux processus de prise de décisions concernant la gestion des ressources.

3.2 PSGN

Un spécialiste en gestion de l’information s’est joint au secrétariat du PSGN à la fin de l’exercice 2013–2014. La dotation de ce poste permettra de faire progresser les initiatives actuelles en matière de gestion de l’information, comme la diffusion de renseignements en ligne et l’amélioration des fonctionnalités du site Web du PSGN.

En dépit des difficultés inhérentes au maintien en poste et au roulement du personnel que l’on observe fréquemment au Nunavut, le Comité directeur et le secrétariat sont parvenus à organiser plusieurs réunions fructueuses au cours de la dernière année et à engager des discussions sur les priorités en matière de surveillance. La confirmation des priorités pour l’exercice 2014–2015 est l’un des principaux objectifs à court terme de ces groupes.

Afin d’améliorer les méthodes de collecte et d’analyse de données et de normaliser les activités de surveillance au Nunavut, le PSGN travaille à la mise à jour d’un formulaire de rapport et de mise en œuvre pour les composantes valorisées et le cadre de surveillance socioéconomique. Ainsi, ce formulaire sera mis en place et utilisé par les groupes de surveillance socioéconomique. L’une des priorités pour l’avenir consistera à financer des projets et des partenariats afin d’optimiser l’utilisation de ces cadres et outils de surveillance.

Le développement et le renforcement des partenariats s’inscrivent également dans les priorités du PSGN, lesquels permettent de mieux définir les priorités en matière de surveillance et de soutenir les organisations territoriales dans leurs activités de collecte de données et de diffusion de données de surveillance. Le nouveau partenariat conclu entre le PSGN et le Réseau canadien de données polaires est un exemple des efforts visant à établir des relations étroites avec d’autres organisations dont la mission est de diffuser et de conserver des données à des fins d’utilisation et d’analyses ultérieures. Dans le cadre de ce partenariat, les métadonnées et les données respectivement recueillies par l’entremise des activités du PSGN sont intégrées dans le catalogue des données polaires et ainsi mises à la disposition des planificateurs, des décideurs et du grand public. D’autres programmes d’AADNC (la Station de recherche du Canada dans l’Extrême­Arctique, le Programme de lutte contre les contaminants dans le Nord et l’évaluation environnementale régionale de Beaufort) établissent également des partenariats avec le Réseau canadien de données polaires afin d’offrir un service identique et uniformisé au sein du Ministère.

Le PSGN continuera d’examiner la façon dont l’information sur le projet est utilisée dans le cadre des prises de décisions politiques et l’élaboration de programmes. Il continuera également de rendre compte des résultats et de les communiquer dans des rapports publics et des outils en ligne (p. ex. les résumés des connaissances, le Rapport sur l’état de l’environnement, le site Web PSGN.ca et les partenariats avec d’autres organisations du Nunavut exécutant des mandats de surveillance). Seuls les responsables des projets actuellement financés seront invités à soumettre un plan de travail et un budget justificatif en vue d’obtenir du financement pour l’exercice 2014–2015.

Pour obtenir des renseignements détaillés sur les progrès réalisés dans le cadre des programmes et leurs futures priorités, veuillez consulter l’annexe 2 incluse à la fin du présent rapport : Progrès et priorités des programmes

4. Programmes de participation à la surveillance du Nord

Le PSEC des T.N.­O. et le PSGN financent des projets qui correspondent aux priorités en matière de surveillance de leurs partenaires. Les priorités actuelles en matière de surveillance du PSEC des T.N.­O. sont les éléments suivants : l’eau, les poissons et les caribous. Il est possible que les priorités en matière de surveillance changent en 2015 selon les objectifs du plan stratégique. Les lacunes actuelles en matière de surveillance pour chacun de ces éléments sont définies dans le guide de préparation de propositions et les protocoles de surveillance du PSEC. Le guide de préparation de propositions contient de plus amples renseignements sur le processus de proposition, notamment sur les critères de sélection des projets financés. On trouve le  guide de préparation de propositions du PSEC (592 Ko, 31 Pages) (PDF non disponible en français) des T.N.­O. sur le Discovery Portal.

Le PSGN travaille actuellement de pair avec le Comité directeur à la détermination des priorités en matière de surveillance pour l’exercice 2014–2015. L’une des priorités établies lors d’une réunion de décembre 2013 consiste à continuer de soutenir les projets approuvés par le PSGN qui en sont au mi-parcours de leur cycle de surveillance, et ce, afin d’améliorer les méthodes de collecte et d’analyses de données. Par conséquent, le PSGN ne soumettra aucune demande de propositions formelle au cours du prochain exercice (2014–2015). Le prochain appel de propositions et les lignes directrices s’y rapportant devront refléter les priorités établies par le Comité directeur et contenir de plus amples renseignements sur les critères de financement.

On trouve de l’information sur le processus de proposition du PSGN sur le site Web du programme. Les personnes qui n’ont pas accès à Internet souhaitant obtenir de l’information sur la surveillance générale au Nunavut peuvent composer le numéro de téléphone sans frais du PSGN pour parler avec un employé  (1-855-897-6988).


PSGN

Secrétariat du PSGN
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Édifice Qimugjuk/immeuble du Gouvernement du Canada
969, ch. Federal
C.P. 2200
Iqaluit (Nunavut) X0A 0H0
Sans frais : 1-855-897-6988
Téléphone : 867-975-4654
Téléc. : 867-975-4736
Courriel : NGMP-PSGN@aandc-aadnc.gc.ca

www.ngmp.ca



PSEC des T.N.­O.

Secrétariat du PSEC des T.N.­O.
Gouvernement des Territoires du Nord-­Ouest
Ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles
C.P. 1320
Yellowknife (Territoires du Nord-­Ouest) X1A 2L9
Téléphone : 867-765-6750
Téléc. : 867-669-2701
Courriel : nwtcimp@gov.nt.ca

www.nwtcimp.ca (site Web non disponible en français)

Annexe 1 : Liste des projets financés par le PSEC et le PSGN

On présente ci-dessous une liste complète de tous les projets de surveillance financés par le PSEC et le PSGN au cours des quatre dernières années de référence.

Liste des projets du PSEC des T.N.­O.

Liste des acronymes désignant les régions :
Acronymes Régions
RDI Région désignée des Inuvialuit
RRG Région visée par le règlement de la revendication des Gwich’in
RRS Région visée par le règlement du Sahtu
DC Région du Dehcho
AK Région de l’Akaitcho
WK Région du Wekeezhii
T.N.-O. Territoires du Nord-Ouest
PSEC des T.N.­O.
Responsable du projet Titre du projet Région Partenaires autochtones et communautaires Exercice
2010–
11
2011–
12
2012–
13
2013–
14
Surveillance des caribous
Réseau circumpolaire de surveillance et d’évaluation du caribou (CARMA)
Projet CARMA – De la connaissance à l’action : Élaborer et tester les seuils et surveiller les effets cumulatifs sur le caribou (modélisation) T.N.-O. Non       Oui
Centre canadien de télédétection
Surveillance de base de la végétation de l’Arctique et des changements de la neige dans l’habitat du caribou de Bathurst au moyen de la télédétection par satellite et d’observations communautaires effectuées sur le terrain WK, AK Oui     Oui Oui
GTNO – Environnement et Ressources naturelles (ERN)
Surveillance de la population de caribous boréaux du Dehcho DC Oui   Oui Oui Oui
GTNOERN
Abondance et prédation des loups sur l’aire d’hivernage des caribous WK, AK Non   Oui Oui Oui
GTNOERN
Succession et restauration sur les lignes sismiques et leur effet sur l’habitat des caribous boréaux RRS, DC Non     Oui Oui
Université Wilfrid Laurier
Évolution de l’accumulation de neige et de la fonte des neiges dans l’écosystème de la toundra et de la forêt boréale; Accumulation de neige : influence sur la répartition des caribous, la chimie des eaux de surface et la productivité des lacs WK Non   Oui Oui Oui
Université de Calgary
Programme de surveillance communautaire de la santé des orignaux et des caribous dans la région visée par le règlement du Sahtu : Facteurs de stress et pathogènes dans un paysage en évolution; Surveiller l’émergence et les effets de la tique du wapiti RRS Oui Oui Oui   Oui
Surveillance des poissons
Premières Nations du Dehcho
Comprendre et prédire les concentrations de mercure dans les poissons de la région du Dehcho par l’entremise de modèles de bioamplification et de bioaccumulation DC Oui       Oui
Ministère des Pêches et des Océans (MPO)
Surveillance et évaluation des effets cumulatifs sur la diversité communautaire et la productivité des grandes populations de poissons dans le Grand lac des Esclaves WK, AK Non   Oui Oui Oui
MPO
Surveillance et évaluation biologique des populations de poissons et plus particulièrement du touladi dans le Grand lac de l’Ours RRS Non   Oui Oui Oui
MPO
Surveillance du saumon du Pacifique afin de comprendre les effets cumulatifs du changement climatique dans l’Arctique RDI, RRG, RRS, DC Oui     Oui Oui
MPO
Effets des changements climatiques sur les contaminants dans les poissons consommés, région visée par le règlement du Sahtu RRS Oui   Oui Oui  
MPO
Vers la remise en état des écosystèmes : étude comparative de lacs géants endommagés et vierges en Amérique du Nord à l’aide d’Ecopath RRS, WK, AK Non   Oui Oui  
MPO
Évaluation de l’habitat essentiel de l’omble à tête plate dans le bassin hydrographique sur de la Nahanni – Élaboration d’un protocole d’échantillonnage à l’échelle du bassin hydrographique en vue d’évaluer adéquatement la distribution et les tendances relatives aux saumons de rivière dans les Territoires du Nord-­Ouest. DC, AK Oui Oui     Oui
MPO
Comparaison et calibrage d’activités de surveillance à grande échelle et protocoles relatifs aux filets de maillage d’après l’indice des collectivités nordiques pour les lacs des T.N.­O. T.N.-O. Non   Oui    
MPO
Données de référence sur les conditions environnementales de l’habitat et les tissus de poissons dans une zone proposée de rejets d’effluents dans la baie de Yellowknife (T.N.-O.). AK Non   Oui    
MPO
Surveillance des prises dans les pêches côtières occidentales de la mer de Beaufort RDI Oui   Oui    
Parcs Canada
Quantification des effets cumulatifs de l’activité industrielle sur la santé des poissons dans les rivières des T.N.­O., bassin versant de Prairie Creek DC Non     Oui  
Université Trent
Comprendre les effets des changements environnementaux sur l’omble dans la région désignée des Inavialuits : activités de surveillance communautaires fondées sur les connaissances scientifiques et les connaissances des Inuits. RDI Non Oui Oui Oui  
Université de Victoria
Évaluation des facteurs hydroclimatiques favorisant le transfert de contaminants dans les chaînes alimentaires aquatiques du bassin hydrographique du lac Husky RDI Oui   Oui    
Surveillance aquatique et des eaux
AADNC
Effets cumulatifs des changements environnementaux rapides dans le Nord-Ouest des T.N.­O. : étude des incidences des perturbations créées par des éboulements massifs sur les écosystèmes terrestres et aquatiques dans la partie inférieure du bassin de la rivière Peel (T.N.­O.). RRG Oui   Oui Oui Oui
AADNC
Élaboration d’un cadre d’évaluation des effets cumulatifs des activités de développement sur les bassins versants – vallée centrale du Mackenzie RRS Oui       Oui
AADNC
Qualité de l’eau et des sédiments en suspension dans la rivière au Foin : programme communautaire d’échantillonnage AK Oui   Oui    
AADNC/Environnement Canada
Changement de l’hydrologie dans le bouclier de la taïga : répercussions sur la géochimie et la gestion des ressources AK Non   Oui Oui Oui
AADNC/Université d’Ottawa
Évaluer les effets cumulatifs du captage : les perturbations à grande échelle du pergélisol et leurs effets sur les systèmes terrestres et aquatiques dans les monts Richardson (T.N.-O.). RDI, RRG Non Oui      
MPO
Programme de recherche sur le béluga de l’île Hendrickson RDI Oui Oui      
MPO
Influence des conditions environnementales sur les événements d’emprisonnement de bélugas dans les lacs Husky RDI Non   Oui    
Environnement Canada
Surveillance communautaire et scientifique de l’écosystème du Grand lac des Esclaves, Resolution Bay AK Oui Oui Oui Oui  
GTNOERN
Mise en œuvre d’une approche collaborative en matière de surveillance de la qualité de l’eau à l’échelle des T.N.­O. afin de répondre aux besoins des partenaires intéressés par la question de l’eau tout en mettant l’accent sur les préoccupations de la collectivité et les effets cumulatifs RRS, WK, AK Oui     Oui Oui
GTNOERN
Inondation du paysage dans la plaine du Grand lac des Esclaves : élargissement des lacs, inondation de zones humides et répercussions sur l’habitat du bison DC Non   Oui Oui Oui
GTNOERN
Évaluation de la vulnérabilité de la rivière des Esclaves et du delta de la rivière des Esclaves et prélèvement d’une carotte pour évaluer le dépôt de contaminants dans le delta de la rivière des Esclaves au fil du temps AK Oui   Oui    
GTNO – Ministère de la Santé et des Services sociaux
Analyse visuelle des prédicteurs de l’augmentation des niveaux de mercure chez les poissons prédateurs dans les lacs des T.N.­O. T.N.-O. Non     Oui  
Première Nation Ka’a’gee Tu
Examen des effets cumulatifs des changements environnementaux et de l’activité humaine dans le bassin versant de Tathlina DC Oui   Oui Oui Oui
Nation métisse des T.N.­O.
Programme d’échantillonnage communautaire de la qualité de l’eau et des sédiments en suspension de la rivière des Esclaves AK Oui Oui      
Office des ressources renouvelables du Wek’èezhìi
Projet de surveillance de l’écosystème aquatique tlicho WK Oui   Oui Oui Oui
Première Nation des Dénés Yellowknives
Établissement d’un ensemble de données sur la qualité de l’eau afin d’évaluer les effets cumulatifs dans la région de North Slave AK Oui     Oui Oui
Végétation
AADNC
Évaluation multiéchelle des effets cumulatifs dans le nord du bassin du Mackenzie RDI, RRG Oui   Oui Oui Oui
Service canadien des forêts
Surveillance écologique dans les Territoires du Nord-­Ouest : approche collaborative T.N.-O. Non   Oui    
Environnement Canada
Protocole intégré de surveillance de la végétation T.N.-O. Non   Oui    
Pergélisol
AADNC
Étude des effets de l’infrastructure de transport par voie terrestre en hiver dans le Nord RDI Oui Oui Oui    
Institut de recherche Aurora
Surveillance du pergélisol pour l’évaluation des impacts cumulatifs dans la région désignée des Inuvialuits RDI Non   Oui    
Ressources naturelles Canada
Caractérisation de la variabilité de l’état thermique du pergélisol dans le corridor du Mackenzie (T.N.-O.). RDI, RRG, RRS, DC Oui   Oui    
Faune
Service canadien de la faune
Tendances démographiques des oiseaux chanteurs dans la région de Fort Liard DC Oui   Oui    
Service canadien de la faune et Environnement Canada
Surveillance des oiseaux dans le delta du Mackenzie (Programme de surveillance régionale et internationale des oiseaux de rivage dans l’Arctique, zone du volet 2) RDI Non Oui Oui    
GTNOERN
Contaminants, population et chasse d’animaux à fourrure dans la rivière des Esclaves et le delta de la rivière des Esclaves : conditions passées et actuelles AK Oui     Oui  
GTNOERN
Surveillance de la population d’orignaux du Dehcho DC Oui Oui Oui    
Office gwich’in des ressources renouvelables;
Abondance et composition des hardes d’orignaux dans la région visée par le règlement de la revendication des Gwich’in et la région désignée des Inuvialuits. RDI, RRG Non Oui      
Surveillance communautaire
Arctic Borderlands Ecological Knowledge Co-Op
Programme de surveillance communautaire des terres en bordure de l’Arctique RDI, RRG Oui Oui Oui Oui Oui
MPO
Surveillance communautaire des eaux côtières de l’Arctique – Écosystème hivernal et habitat du poisson dans les eaux littorales de la mer de Beaufort RDI Oui Oui   Oui  
MPO
Surveillance communautaire et côtière : une approche régionale à l’égard de la région désignée des Inuvialuit RDI Non     Oui Oui
MPO
Surveillance communautaire de l’écologie des poissons côtiers en utilisant des marqueurs biologiques, mer de Beaufort RDI Oui   Oui    
Premières Nations du Dehcho
Projet d’évaluation des cours d’eau et de formation au protocole du Réseau canadien de biosurveillance aquatique (RCBA) DC Oui Oui Oui    
Premières Nations du Dehcho
Élaboration d’un modèle de voies critiques pour le programme communautaire de recherche et de surveillance DC Oui Oui Oui    
Conseil des ressources renouvelables de Deline
Surveillance communautaire de la qualité de l’eau dans le Grand lac de l’Ours RRS Oui   Oui    
Ecology North
Renforcement des capacités de surveillance de l’eau DC, AK Oui   Oui    
GTNOERN
Programme sur la chasse, le piégeage et l’écologie des feux AK Oui Oui Oui Oui  
GTNOERN
Susciter la participation des jeunes de Fort Resolution aux activités d’évaluation et de surveillance des effets cumulatifs – Élaborer et mettre en œuvre un cadre de participation de la jeunesse AK Oui       Oui
Office gwich’in des ressources renouvelables
Étude sur les récoltes des Gwich’in RRG Oui   Oui   Oui
Secrétariat mixte des Inuvialuit
Région désignée des Inuvialuits : Programme de surveillance communautaire RDI Oui       Oui
Première Nation des Dénés Lutselk’e
Surveillance des effets cumulatifs dans l’aire Thaidene Nene : Programme des Dénés Ni Hat’ni AK Oui   Oui Oui Oui
Gouvernement tlicho
Surveillance communautaire des caribous de Bathurst et de Bluenose dans la région des Tlichos WK, AK Oui     Oui Oui
Gouvernement tlicho
Renforcement des capacités du groupe de travail Kwe Beh WK Oui   Oui    
Gouvernement tlicho
Programme communautaire de surveillance des répercussions sur le milieu aquatique du bassin hydrologique Marian WK Oui       Oui
Savoir traditionnel
Institut culturel et social des Gwich’in
Surveillance du savoir traditionnel des Gwich’in (phase II) : gestion du territoire gwich’in par la gestion de données issues des connaissances traditionnelles et de l’histoire orale RRG Oui   Oui    
Conseil tribal des Gwich’in
Ateliers sur le savoir traditionnel pour étudier et rassembler de l’information sur les perturbations du pergélisol et leurs effets sur les systèmes terrestres et aquatiques dans les monts Richardson (T.N.-O.). RRG Oui Oui      
Secrétariat mixte des Inuvialuits
Surveillance communautaire de la végétation et du pergélisol dans la région de la vallée du Mackenzie. RDI Oui Oui      
Office des ressources renouvelables du Sahtu
Rapatriement et analyse du projet de cartographie de la Première Nation des Dénés : comprendre les lieux d’importance en matière d’écologie du caribou et de la chasse RRS Oui       Oui
Gouvernement tlicho
Utilisation des connaissances du peuple tlicho pour surveiller les caribous de la toundra WK, AK Oui     Oui  
Gouvernement tlicho
Programme de recherche et de surveillance sur le savoir tlicho : élaboration d’un protocole et de données de référence WK Oui   Oui    
Université de Victoria
Utilisation des observations des Inuvialuits et de la télédétection pour surveiller les changements environnementaux dans la région du delta du Mackenzie RDI Oui Oui Oui Oui Oui
Office des ressources renouvelables du Wek’èezhìi
Projet-pilote : utiliser les connaissances des Tlicho pour surveiller les effets cumulatifs. WK Oui Oui      

Liste de projets du PSGN

Liste des acronymes désignant les régions :
Acronymes Régions
KIT Kitkemeot
KIV Kivalliq
QIK Qikiqtaaluk
NU L’ensemble du Nunavut
PSGN
Responsable du projet Titre du projet Région Exercice
2010–
11
2011–
12
2012–
13
2013–
14
Surveillance des poissons
Association des chasseurs et des trappeurs de Cambridge Bay
Établissement d’un système de surveillance à long terme axé sur les rivières pour l’omble chevalier dans la région de Cambridge Bay (Nunavut) KIT   Oui Oui Oui
Association des chasseurs et des trappeurs de Pangnirtung
Élaboration et mise en œuvre d’un programme communautaire de surveillance des pêches et d’un plan d’adaptation de cogestion pour l’omble chevalier dans la région de Baffin (Nunavut) QIK   Oui Oui Oui
Surveillance aquatique et des eaux
Université Acadia
Petites polynies au Nunavut : objectifs pour la biodiversité, les changements climatiques et la contamination KIT, KIV   Oui Oui Oui
Université Dalhousie
Qualité de l’eau potable au Nunavut : surveillance de la source au robinet QIK   Oui Oui Oui
Gouvernement du Nunavut – ministère de l’Environnement
Établissement d’un programme de surveillance des milieux aquatiques pour le Nunavut – Programme de surveillance aquatique communautaire axé sur les pêches au Nunavut (N-CAMP) NU   Oui Oui Oui
Université du Manitoba
Variabilité spatiale et temporelle des hydrocarbures pétroliers dans les sédiments marins de la baie de Baffin (est de l’Arctique canadien) QIK   Oui Oui Oui
Surveillance des espèces sauvages
Conseil de gestion du caribou de Beverly et Qamanirjuaq
Cache à carburant pour appuyer la surveillance et les études KIV Oui      
Université Carleton
Enquête de surveillance côtière des oiseaux marins dans le détroit d’Hudson et le bassin Fox : évaluation des effets de la diminution de la glace marine estivale et du développement du Nord QIK, KIV   Oui Oui Oui
Gouvernement du Nunavut – ministère de l’Environnement
Estimation du nombre de femelles d’élevage parmi la population de caribou de la toundra de Beverly (Rangifer trandus goenlandicus) KIV, KIT   Oui    
Gouvernement du Nunavut – ministère de l’Environnement
Réévaluation de la sous-population d’ours polaires de la baie de Baffin QIK Oui     Oui
Gouvernement du Nunavut – ministère de l’Environnement
Programme de surveillance de la maladie chez les bœufs musqués du Kitikmeot KIT Oui Oui   Oui
Université Queen’s
Vers l’optimisation d’une enquête inuite non invasive sur les ours polaires : terminer l’évaluation des tissus d’ours polaires recueillis de façon non invasive KIT   Oui Oui Oui
Université du Québec a Rimouski
Surveillance des grands carnivores terrestres au Nunavut : carcajous, loups, grizzlis NU   Oui Oui Oui
Université York
Approche communautaire à la surveillance des espèces de phoque qui se reproduisent sur la glace et de l’alimentation des ours polaires dans le golfe de Boothia KIV   Oui Oui Oui
Collège du Yukon
Utiliser davantage nos connaissances : approche du réseau circumpolaire de surveillance du caribou pour renforcer les capacités de surveillance en vue de décrire les effets cumulatifs du développement sur les caribous du Nunavut NU   Oui Oui  
Surveillance socioéconomique
Gouvernement du Nunavut – ministère de la Santé et des Services sociaux
Amélioration de la cueillette de renseignements sur la santé et de la surveillance de la santé NU   Oui Oui  
Association inuite de Kitikmeot
Projet de surveillance du travail par roulement de l’Association inuite du Keewatin (phase 1) KIT   Oui    
Université Laval
Surveillance de la réussite scolaire et professionnelle chez les Inuits du Nunavut qui se sont inscrits à un programme d’études postsecondaires NU   Oui Oui Oui
Association inuite du Qikiqtani
Comprendre les changements communautaires à Qikiqtaaluk : examen des collectivités touchées par le projet de la rivière Mary grâce à des recherches axées sur la collectivité QIK       Oui
Surveillance générale
Eider Society
Incidence des projets hydroélectriques sur la glace de mer hivernale et sur l’emprisonnement de la faune dans la baie d’Hudson KIV, QIK       Oui
Association inuite de Kitikmeot
Projet d’intégration des données de référence sur l’utilisation et l’occupation des terres des Inuits du Kitikmeot KIT   Oui Oui Oui
Association inuite du Kivalliq
Restructuration des bases de données des applications de cartographie Web et de gestion environnementale de l’Association des Inuits du Kitikmeot pour la gestion et la surveillance de l’utilisation des terres et des eaux sur les terres inuites KIV   Oui    
LOOKNorth
Détection des déversements d’hydrocarbures et solutions de modélisation pour les détroits d’Hudson et de Davis QIK       Oui
Commission du Nunavut chargée de l’examen des répercussions
Initiative de cartographie des projets passés, en cours ou à prévoir dans un avenir raisonnable NU   Oui Oui Oui
Commission d’aménagement du Nunavut
Cartographique de l’utilisation et de l’occupation NU Oui      
Université de Calgary
Améliorer l’accès aux renseignements de surveillance du Nunavut à l’aide de la base de données du Nunavut NU       Oui
Université du Manitoba
Marquage, biopsie et surveillance de l’épaulard de l’Est de l’Arctique canadien QIK       Oui

Annexe 2 : Progrès et priorités des programmes

RAPPORT SUR LES PROGRÈS ET LES PRIORITÉS DU PSEC DES T.N.­O. ET DU PSGN
Domaines d’activité et objectifs connexes PSEC des T.N.­O. PSGN
Progrès Prochaines étapes Progrès Prochaines étapes
Faciliter la gouvernance et les partenariats
Les structures de gouvernance et de gestion sont établies et fonctionnent efficacement.
Le groupe de travail du PSEC des T.N.­O. a organisé trois réunions pendant l’année afin d’offrir de l’encadrement et d’établir les priorités en matière de surveillance. Comme l’administration du PSEC des T.N.­O. relève désormais du GTNO, l’un des principaux objectifs du programme est d’encourager et de soutenir la participation active de tous les partenaires au groupe de travail, y compris les organisations autochtones, le gouvernement, les conseils de cogestion et l’industrie. Les postes au sein du secrétariat du PSGN ne sont pas tous dotés en raison du roulement du personnel, une situation courante au Nunavut. Un spécialiste en gestion de l’information se joindra au secrétariat à la fin de l’exercice 2013–2014. Le PSGN rencontrera le Comité directeur afin de déterminer les priorités en matière de surveillance pour l’exercice 2014–2015.
Un panel du groupe de travail réunissant des représentants d’organisations autochtones et du gouvernement a tenu un séminaire de trois jours en vue de discuter des enjeux relatifs au programme et d’établir des priorités à cette fin. Le PSEC des T.N.­O. continuera de poursuivre les deux objectifs prioritaires définis par le panel. Le Comité directeur et le secrétariat du PSGN ont tenu des réunions fructueuses, dont l’objectif était de discuter des priorités en matière de surveillance avec les partenaires.  
Le panel a défini deux objectifs prioritaires et a déployé des efforts en vue de les atteindre :
- Allocation de financement en vue de soutenir la participation autochtone au groupe de travail;
- Intégration des CT dans le programme.
Le PSEC des T.N.­O. entamera des consultations avec ses partenaires à l’égard des objectifs du programme en vue d’élaborer un plan stratégique pour 2015.    
Des réseaux de surveillance sont mis sur pied en bonne et due forme et fonctionnent bien.
Le PSEC des T.N.­O. collabore activement avec les partenaires responsables de la surveillance des T.N.­O., dont les offices des eaux et des terres, afin de combler les principales lacunes en matière d’information. Le PSEC des T.N.­O. continuera de susciter la participation des partenaires responsables de la surveillance des T.N.­O. en vue de combler les principales lacunes en matière d’information. Les membres du Comité directeur, y compris le réseau de partenaires clés, ont adopté d’un commun accord une approche collaborative en matière de surveillance au Nunavut. Le PSGN continuera de développer et de renforcer des partenariats par l’entremise d’activités de mobilisation, comme des ateliers et des présentations.
L’un des principaux exemples d’initiatives en ce sens est le Système d’inventaire des changements dans le paysage, pour lequel le PSEC des T.N.­O. assume un rôle de coordonnateur entre les différents partenaires en vue d’élaborer un ensemble de données fiables sur les perturbations écologiques dans les T.N.­O.   Des activités d’information ont permis au PSGN d’élargir son réseau de partenaires et d’experts-conseils.  
Plusieurs partenaires gouvernementaux étaient réticents à collaborer avec le PSEC des T.N.­O. puisqu’ils demeuraient dans l’incertitude quant au transfert et à la diminution de leur financement.   Les projets financés par le PSGN ont permis l’établissement de nouveaux partenariats.  
Des questions et des priorités importantes en matière de surveillance sont définies et adoptées.
En 2011, on a mené une enquête sur les décideurs et organisé un atelier à leur intention en vue d’établir les principales priorités du PSEC des T.N.­O. en matière de surveillance de l’eau, des poissons et des caribous pour la période allant de 2010 à 2015. Le PSEC des T.N.­O. continuera de travailler de pair avec ses partenaires en vue de déterminer ses priorités en matière de surveillance et de les définir davantage. Le PSGN a élaboré un recueil de protocoles de surveillance, lequel contient un résumé de chacune des lacunes et des priorités en matière de composantes valorisées dont il faudra traiter dans une demande de proposition officielle. Le PSGN continuera de répondre aux principales questions en matière de surveillance par l’entremise de son recueil de protocoles.
Le PSEC des T.N.­O. a offert du soutien financier et technique aux responsables d’initiatives pour qu’ils déterminent les priorités régionales en matière de recherche et de surveillance. À titre d’exemple, la réunion annuelle que tient l’Office des ressources renouvelables des Gwich’in en vue d’établir ses priorités et les activités du groupe de travail de recherche et de surveillance environnementales de Sahtu. L’an prochain, le PSEC des T.N.­O. envisage de collaborer avec les offices des ressources renouvelables afin de revoir ses priorités en matière de surveillance de la faune, ainsi que de participer au Forum des organismes des T.N.­O. dans le but d’actualiser ses priorités en matière de recherche et de surveillance.    
En 2012, on a élaboré un protocole de surveillance pour le caribou de la toundra et le caribou boréal en collaboration avec le GTNOERN.      
Recueillir, analyser et mettre en rapport les données
Des protocoles pour la surveillance et l’analyse de données ont été élaborés et mis à l’essai pour les grandes priorités, les questions et les domaines de composantes valorisées.
Le PSEC des T.N.­O. et l’Institut de recherche Aurora ont publié le document « Working Together Towards Relevant Monitoring and Research in the NWT » (Travailler ensemble en vue de mener des activités de surveillance et de recherche efficaces dans les T.N.­O.), un protocole à l’intention des scientifiques qui collaborent avec les collectivités afin de s’assurer que les activités de surveillance répondent à leurs besoins. Le PSEC des T.N.­O. continuera de financer les projets qui mettent l’accent sur l’élaboration et la mise à l’essai de protocoles de surveillance normalisés des composantes valorisées prioritaires. Le PSGN a élaboré un formulaire standardisé de rapport et de mise en œuvre pour les composantes valorisées, que l’on appelle également résumé des connaissances. Le PSGN continuera à utiliser le formulaire de mise en œuvre pour les composantes valorisées.
Le PSEC des T.N.­O. et les offices des eaux et des terres collaborent en vue d’élaborer un modèle provisoire de données d’attribut dans le SIG pour surveiller le développement humain. Le PSEC des T.N.­O. fera la promotion des protocoles normalisés publiés par l’entremise de partenariats et d’ententes de financement. Le PSGN a financé des sous-projets particuliers visant à examiner la façon d’optimiser les protocoles de surveillance (recueil de protocoles de surveillance). Par l’entremise de partenariats, le PSGN élaborera un cadre de surveillance de la qualité de l’eau qui servira d’outil de surveillance et de gestion au Nunavut.
Le PSEC des T.N.­O. a accordé un financement au MPO afin qu’il puisse élaborer un protocole d’identification des habitats essentiels du saumon dans les cours d’eau surveillés par le PSEC des T.N.­O.   Le PSGN a élaboré un cadre de surveillance socioéconomique, lequel est actuellement mis en œuvre et utilisé par les groupes de surveillance socioéconomique (comme les comités de surveillance socioéconomique des trois régions du Nunavut et qui sont présidés par le gouvernement du Nunavut).  
L’Université de Victoria et le PSEC des T.N.­O. ont publié un protocole convivial de surveillance communautaire de la végétation.      
Des données de référence ont été définies pour toutes les composantes valorisées prioritaires.
Des renseignements environnementaux de référence sont toujours recueillis pour les régions et les composantes valorisées prioritaires par l’entremise d’un processus de demande de propositions. Le PSEC des T.N.­O. continuera de financer, de soutenir et de coordonner les activités de collecte de données de référence. Le PSGN a rédigé des résumés de connaissances pour toutes les composantes valorisées. On peut obtenir ce rapport par l’entremise du secrétariat du PSGN. Le PSGN veillera à la mise à jour des résumés des connaissances et les distribuera.
Le personnel du PSEC des T.N.­O. coordonne directement la conception et la mise en œuvre de sept programmes de surveillance qui répondent aux priorités des décideurs. Le PSEC des T.N.­O. continuera de concentrer ses efforts à la mise en rapport d’ensembles de données exhaustifs en vue de fournir aux décideurs des données fondamentales sur l’environnement.    
Plusieurs projets visant à consolider, à analyser et à mettre en rapport les données ont été menés à bien, y compris le projet de mise en rapport de données sur la qualité de l’eau des rivières Peel et Mackenzie, lequel a permis de compiler des données sur la qualité de l’eau dans la région de North Slave et d’analyser les nutriments du Grand lac des Esclaves.      
Des fonds sont affectés annuellement aux initiatives de surveillance prioritaires qui renforcent la capacité des collectivités et comblent les principales lacunes en matière de connaissances.
En 2012–2013, on a accordé des subventions de 1,7 million de dollars à 31 projets par l’entremise d’un processus concurrentiel de demande de propositions et de 1,8 million de dollars à 31 projets en 2013–2014. Le PSEC des T.N.­O. continuera de financer des projets par l’entremise d’un processus concurrentiel de demande de propositions qui s’appuie sur les priorités établies et les protocoles de surveillance. Il est possible que les priorités en matière de surveillance changent en 2015 en fonction du nouveau plan stratégique. Le PSGN a octroyé des subventions de 1,165 million de dollars à 15 projets en 2012–2013 et de 1,365 million à 19 projets en 2013–2014. Le PSGN continuera de financer des projets par l’entremise d’un processus concurrentiel de demande de propositions qui s’appuie sur les priorités établies et les protocoles de surveillance.
On a mis à jour le processus de proposition afin d’encourager les chercheurs à fournir davantage d’information sur la pertinence de leur projet au regard des décideurs et sur le lien entre leur étude et les collectivités.      
Créer et tenir à jour un système de gestion de l’information
L’information sur la surveillance environnementale et socioéconomique est accessible en ligne grâce à un système centralisé de gestion de l’information.
Le PSEC des T.N.­O. a continué d’intégrer au Discovery Portal des T.N.­O. les résultats des projets de recherche et de surveillance qu’il finance. Le PSEC des T.N.­O. continuera d’investir dans l’amélioration des fonctionnalités du Discovery Portal des T.N.­O. Le PSGN a mis en œuvre un cadre de gestion de l’information et dressé un inventaire des initiatives de surveillance. Il a également conclu une entente avec le Réseau canadien de données polaires afin que ce dernier gère les données recueillies dans le cadre des projets financés par le PSGN et qu’il offre un accès centralisé à cette information (diffusion publique). On a continué d’établir des partenariats et d’aider les organisations territoriales à réaliser leurs activités de collecte de données et de diffusion de données de surveillance.
Grâce au financement du PSEC des T.N.­O. et du GTNO, on a procédé à une mise à jour du Discovery Portal afin de le rendre plus convivial. En vue d’offrir un accès élargi aux données de surveillance, le Discovery Portal est maintenant relié au catalogue des données polaires. L’objectif à long terme du PSEC des T.N.­O. est de faciliter l’accès au registre public de l’Office des eaux et des terres et aux principaux ensembles de données sur les perturbations des paysages. Le PSGN travaille de concert avec le gouvernement du Nunavut en vue de mettre au point un outil d’analyse des données socioéconomiques qui sont collectées par les organisations territoriales et fédérales. Le PSGN a lancé une initiative visant à aider le gouvernement du Nunavut à promouvoir le nouvel outil en ligne d’analyse de données socioéconomiques.
    Le PSGN a mis en ligne son site Web en avril 2013. Le développement du site Web du PSGN s’est poursuivi.
Rapports et communications
Les renseignements clés sur la surveillance environnementale font l’objet d’un rapport annuel et favorisent la prise de décisions de gestion judicieuses et opportunes.
En collaboration avec ses partenaires responsables de la surveillance à Yellowknife, le PSEC des T.N.­O. a organisé un atelier de trois jours en vue de mettre en commun les résultats des projets de recherche et de surveillance de l’environnement dans le Nord. Le PSEC des T.N.­O. continuera de faciliter le réseautage et la collaboration entre les chercheurs et à transmettre directement aux décideurs et aux collectivités les résultats des activités de surveillance. Le PSGN a produit un résumé annuel des connaissances. Le PSGN continuera à examiner la façon dont les renseignements sont utilisés dans les prises de décisions liées aux politiques et aux programmes. La mise à jour des résumés des connaissances s’est poursuivie.
Tous les résultats du PSEC des T.N.­O. sont publiés sur le Discovery Portal des T.N.­O. Le PSEC des T.N.­O. s’appuiera sur les ateliers régionaux de communication de résultats afin de s’assurer que les modèles et les résultats de surveillance sont présentés aux décideurs et aux membres des collectivités de la région.   Le PSGN poursuivra ses efforts de sensibilisation et de mobilisation et continuera à mettre sur pied des partenariats en vue de travailler de façon collaborative à l’établissement des priorités de surveillance au Nunavut.
Par l’entremise d’un travail de collaboration, le PSEC des T.N.­O. a organisé à Tulita un atelier d’une journée en vue de présenter les résultats obtenus dans la RRS.      
En 2012–2013, le PSEC des T.N.­O. a financé 10 projets qui ont eu une influence directe sur un processus décisionnel dans les T.N.­O.      
Date de modification :